Nos Partenaires


RPG contemporain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 On cède au naturel + [Action]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Coddy McQuarters
« Leader des 66ers »
avatar
Messages : 5374
Date d'inscription : 08/08/2012
Age : 38
Localisation : Dans les bras de Jenn

Feuille de personnage
Jauge d'expérience:
7654/10000  (7654/10000)
Jauge de liberté:
20/20  (20/20)
Disponibilité Rp': Je vous attends.
MessageSujet: On cède au naturel + [Action]   Mar 14 Aoû - 19:08

Nom(s) des/du participant(s) : Coddy McQuarters

Après avoir signé l'acte de vente, nous voilà propriétaire de cette petite maison sur les hauteurs du lac. Entre ça et l'achat de quoi la meubler, mes économies ont disparues et je me retrouve avec 6000 malheureux dollars sur mes comptes. Ca me change de mon train de vie à Trinity mais tant que j'ai CJ avec moi et une caisse équipée d'un V8 capable de taper le 0 à 100 en moins de 5 secondes, je pense que j'arriverais à m'y faire sans trop de mal. En attendant, me voilà assis sur le porche avec une bière en regardant le reflet du soleil couchant sur le lac alors que ma femme est sous la douche. On a eu de la chance de trouver cette baraque, le coin est vraiment sympa et agréable même si certains voisins trouvent nos voitures trop bruyantes. J'ai l'habitude de ce genre de regards depuis que le temps que je conduis des muscle cars.

Comme les voisins à droite, la femme me fusille du regard à chaque fois qu'elle est dehors et que j'arrive. Par contre, son mari regarde nos Camaros d'un autre œil et je sens que je ne vais pas tarder à avoir une visite de sa part, probablement un jour ou sa bourgeoise sera absente. Je sais reconnaitre le regard d'un passionné quand je le croise et ce mec adore les voitures bruyantes et performantes même si mémère trouve ça politiquement incorrect.

Je suis encore en train d'admirer le lac lorsque la porte s'ouvre derrière moi. Je me retourne un instant et lance un sourire à CJ qui sort de la maison pour venir me rejoindre. Alors qu'elle s'assoit à coté de moi, je recommence à regarder le lac avec le soleil qui disparait derrière l'horizon. Lorsqu'elle pose la tête sur mon épaule, je passe le bras autour de ses épaules sans un mot. C'est elle qui brise le silence.


- Comment tu vas ?
- Ca va...
- Fini ta bière et on va faire un tour ensuite.
- Tu veux aller où ?
- Juste un petit run que je vois si mon mari s'encroute.
- Tu penses encore être plus rapide que moi ?
- A toi de me prouver le contraire.
- Va chercher les clés des caisses et nos vestes pendant que je termine ma bière, ensuite je te mets ta raclée, tu ne verras que mes feux arrière.

J'ai bien l'impression de m'être fait avoir alors que CJ retourne à l'intérieur. Visiblement, elle a envie de se tirer la bourre ce soir et n'a pas eu besoin de me demander, elle a préféré me manipuler. Elle a vraiment en tempérament de pilote et sait comment m'aiguillonner pour que ce soit moi qui lui propose le run. J'enquille le reste de ma bière d'un trait et la jette dans la poubelle alors que ma brune revient avec les clés et nos vestes. J'ai encore du mal à porter le logo des Nomads après avoir porté celui d'Atlantic City à nouveau mais je reste un 66er convaincu et ce n'est pas parce que je n'appartiens à aucune section que je ne fais plus partie du club.

J'enfile ma veste en cuir du club et monte en voiture en même temps que CJ. Nos moteurs démarrent à l'unisson dans un concert de décibels mécaniques. Je regarde un instant ma femme avec un petit sourire tout en bouclant mon harnais. En me voyant le serrer d'un grand coup sec, elle comprend sans mal que je mettrais le pied au plancher dès que mon V8 sera chaud. Elle veut un run, elle va l'avoir et ce n'est pas parce qu'elle porte désormais mon nom que je vais lui faire des cadeaux. Je passe la première et décolle avec CJ qui me file le train.

La dernière maison dépassée, je hausse un peu le rythme sans tirer sur la mécanique mais dès que les aiguilles de température d'eau et d'huile arrivent à la normal, je met le pied au plancher et lance ma Chevy à l'assaut de la colline. CJ ne se laisse pas surprendre et tente de me faire l'intérieur à la première épingle. Je prends l'extérieur et freine plus tard, lui laissant peu de place à l'intérieur. Cette manœuvre l'oblige à sortir très large et à accélérer plus tard que moi. Sur la ligne droite, je met à profit ma meilleure sortie de virage pour la remonter doucement et ce n'est que grâce à un pickup qui se faufile au loin que CJ cède et repasse derrière en m'adressant un majeur clairement levé que je n'ai aucun mal à voir dans mon rétro. En réponse, je lui envoi un baiser et me marre alors que ma Camaro crache toute sa hargne dans sa ligne en inox. Celle de ma femme ne cède pas un pouce de terrain et je vais devoir m'attendre au pire à la prochaine épingle.

Elle plonge une nouvelle fois à l'intérieur et met le cul de sa caisse en dérive à l'accélération. Je préfère couper un peu mon élan pour lui laisser de la place au cas où elle se rate mais elle me passe sous le nez dans un nuage de gomme brulée et me met une vingtaine de mètres dans la vue à la sortie de l'épingle. Cette fois je rigole moins, je me suis fait avoir en beauté et par ma propre femme en plus. Ce n'est pourtant pas la première fois qu'on s'adonne à ce genre de conneries mais il ne faut pas oublier que son père est un des meilleurs pilotes de courses illégales que je connaisse. Elle a de qui tenir. Je lance toute la cavalerie pour revenir au contact, mordant même à plusieurs reprises le bas-coté pour tendre au maximum mes trajectoires et il me faut deux épingles de plus pour arriver à nouveau derrière son cul.

Je tente de lui mettre la pression mais je la connais assez pour savoir que ça ne sert pas à grand chose. Au volant, elle a toujours eu des nerfs d'acier et ça n'arrange pas mes affaires alors qu'il ne me reste plus qu'une épingle pour arriver au col, point final de ce tracé que nous avons parcouru plusieurs fois. Pour l'instant, nous sommes à égalité et cette course va nous départager. La dernière épingle est assez large pour tenter un gros coup de bluff en espérant qu'elle se laisse prendre. Je décale subitement à l'intérieur quelques mètres avant le point de freinage et CJ embarque pour me fermer la porte en freinant. Je plonge à l'extérieur et freine plus tard qu'elle avant de lui faire l'extérieur en étant à la limite de l'adhérence de mes pneus.

Mon coup de bluff paye et me permet de sortir de l'épingle à coté de CJ, j'enclenche le NOS une demie seconde avant que ma femme ne le fasse, me donnant le petit plus qui me permet de passer le panneau du col avec une demie longueur d'avance sur elle. Le poing serré dans un geste victorieux, je ralentis doucement et m'arrête sur le parking juste après le col. CJ s'arrête à coté de moi et coupe son moteur presque en même temps que moi. En descendant de voiture, je suis frappé par le bruit environnant. A part les bruits d'insectes, la brise dans les feuilles, le silence n'est brisé que par le cliquetis de nos mécaniques qui refroidissent. Ma femme pose ses bras croisés sur le toit de sa caisse et me toise avant de prendre la parole.


- J'aurais jamais cru que tu tenterais l'extérieur. Tu devais vraiment être à la limite...
- T'as pas idée. Le train arrière commencait même à partir légèrement en dérive. Mais tu peux parler avec ta façon de passer la deuxième épingle.
- Oui... bon... d'accord. Mais ça fait du bien !
- C'est sur mais fait gaffe, avec ce qu'il nous reste sur le compte, il vaut mieux économiser les pneus.
- Où l'intérêt d'économiser quand il s'agit de savoir lequel de nous-deux est le plus rapide ?
- Aucun, on est d'accord. Mais ce soir, c'est moi le plus rapide.
- Bien joué.

Elle laisse enfin la carrosserie de sa Chevy pour allumer une clope et vient me rejoindre alors que je m'assoie sur le capot de ma Camaro. Je me retrouve avec ma femme dans mes bras à fumer un peu sur sa clope lorsqu'elle lève sa main. Ce petit run m'a donné un beau shoot d'adrénaline et je dois avouer que je me suis fait plaisir. Même après qu'elle ait tiré la dernière bouffée de sa clope, nous restons là pendant quelques dizaines de minutes à discuter du ciel étoilé, du temps, du lac, de tout en fait. Je ponctue parfois la discussion avec un baiser dans le cou qu'elle accueille parfois avec un frisson qui me fait rire.

Ce n'est que lorsqu'elle commence à frissonner à cause de la température qui baisse que nous décidons de rentrer nous mettre au chaud. Le retour se fait plus tranquillement et je la suis en roulant avec le coude à la portière et un bon vieux cd dans l'autoradio. Une fois les Camaros à l'abri dans le garage et la maison verrouillée, nous finissons sous les draps. Après tout, on appelle bien ça le devoir conjugal.

_________________
J'offre 30.000$ au premier qui passera son capot devant le mien sur la ligne d'arrivée.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Real cars don't power the front wheels, they lift them.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
David Flemington
« Inspecteur de police »
avatar
Messages : 673
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 27
Localisation : Poste du WHPD

Feuille de personnage
Jauge d'expérience:
1395/10000  (1395/10000)
Jauge de liberté:
20/20  (20/20)
Disponibilité Rp': Disponible - Me contacter par MP
MessageSujet: Re: On cède au naturel + [Action]   Mer 15 Aoû - 1:48

Gains : 70 points d'expérience.

_________________
Inspecteur D. Flemington

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

A Woodbury, rien ne m'échappe. Invité, si tu franchis la ligne, je ne te raterais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

On cède au naturel + [Action]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» Un RP où y'a de l'action! >
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action
» Preval en Action!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Woodbury Hills :: Le centre-ville :: Stanford Valley :: Les maisons-
Le forum décline sa responsabilité pour tout usage de patronymes existants ou ayant existé. Les membres s'engagent à produire un jeu fictif et personnel. Woodbury est une ville fictive ainsi aucune référence à des sociétés, commerces, gangs ou mafias existant(e)s ne saurait être tolérée.