Nos Partenaires


RPG contemporain
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Point de non retour [Action]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joshua Bear
Messages : 31
Date d'inscription : 15/06/2015
Age : 20
Localisation : Barrington

Feuille de personnage
Jauge d'expérience:
706/10000  (706/10000)
Jauge de liberté:
20/20  (20/20)
Disponibilité Rp': Disponible via MP
MessageSujet: Point de non retour [Action]   Mer 17 Juin - 16:29

Nom du participant: Joshua Bear

Haha. Un kilomètre et quelques rues plus tard, il rentre dans un immeuble abandonné pour un truc si l'on en croît la fiche accrochée à la porte. Il perd de vue sa proie un instant en entrant mais ne tarde pas à le retrouver dans ce qu'il semble être le salon improvisé. Quelques matelas, quelques camés, il sourit. L'autre pose la télé au sol et la branche. Il l'allume avec la zapette et miracle ! Ô, miracle ! elle marche. Les informations locales. Il se roule une autre clope et un des types se réveille. T'aurais pas un peu de tabac ? Il s'avance vers le tox toujours allongé tel un café et lui propose un deal. Trois roulées contre de ce qu'il a dans les poumons. Ce qui est bien avec les types perché, c'est qu'il ont pas le sens des affaires. Il met en poche le petit pochon de ce qui semble être de la méth locale mal coupée et s'en va, sacrifiant trois cigarette derrière lui. Il sort donc de cette salle commune de la défonce et se dirige vers la cage d'escaliers, l'ascenseur étant évidemment en panne. Il monte au premier étage via les escaliers pour ne pas tarder à se rendre compte que peu de ces accros ont eu le courage de franchir les quelques marches les séparant du premier étage. L'endroit est abandonné, mais la vue d'un appartement le fait sourire. Il s'avance vers l'ébrasement, vestige d'une porte passée, et constate à nouveau avec joie, son ami de longue date, que l'appartement, bien que pillé, sale et sans doute plus en état de fonctionner proprement, est semble-t-il inoccupé. Il s'avance dans l'entrée, tourne la tête à gauche, la chambre. À droite, le salon suivi de la cuisine. En face, la salle de bain. Le tout est dans un état misérable. Il se dirige donc vers la chambre, instinctivement, y ouvre la fenêtre, et s'allonge sur le matelas sale qui repose dans le coin de la pièce, les mains croisées derrière la tête.

Le temps passe, une heure peut-être. Il s'est tourné et retourné sur son nouveau lit, réfléchissant à s'il allait rester dans cette ville, ce qu'il pourrait bien y faire. En ayant marre de se tarauder la tête de question dont il sait que seul le futur lui donnera la réponse, il décide de se rouler un petit pétard. Il prend deux feuilles et fais un collage. Il attrape un morceau de carte à jouer qui traîne, un quatre de carreaux, et en fait un toncar qu'il met immédiatement en bouche. N'ayant pas de grinder, et la flemme de se lever, il émiette manuellement une tête dans le creux de sa main. Tout ceci serait impossible sans son merveilleux pouce préhenseur et son télencéphale hautement développé. Une fois fini, il met le tabac dans sa main, la referme à l'aide de l'autre et mélange, utilisant ses paluches comme un shaker de barman. Il place le tout dans son collage qui, grâce à la chaleur estival a eu le temps de sécher. Tasser en roulant, placer le tonc, rouler, serrer, lécher, allumer. Il sent ses globules rouges transporter le THC jusqu'à son cerveau afin d'y amputer quelques synapses. La joie de se rapprocher un peu plus chaque jour de la mort, la tristesse de ne pas y être encore ; et surtout l'amusement face à ce genre de pensée pseudo-philosophique digne d'un adolescent émo anticonformiste. Il éclate de rire, elle est vraiment pas mauvaise cette beuh. Un temps. Les effets psychotropes associés à la prise de cannabis commencent doucement à redescendre. Il se lève, et lui aussi décide de redescendre, au rez-de-chaussée, où il vole une pipe en verre qui traîne par terre. La règle du laissé-traîné. Il déplace son matelas en face de la fenêtre, s'adosse au mur, met quelques cristaux dans la partie sphérique de sa nouvelle acquisition. Il sont opaque, pur à 50% à tout casser. Peu importe. Il allume, laisse fondre, aspire. La qualité médiocre ralentit l'arrivée des effets. Mais une fois monté, Joshua n'a plus le temps de se rendre compte à quel point il est défoncé. Il y avait longtemps qu'il n'avait pas touché à de la méthamphétamine, et bordel ce que c'est bon. Il est dans une position quelque part entre assis, allongé, et, accoudé. Amorphe, l'envie de quoi que ce soit le quitte et il reste pendant deux heures à fixer le ciel bleu à travers son carreau de liberté. Soudain, la soif frappe à sa porte. Il se lève, se dirige avec l'aide de Dieu et de ses jambes jusqu'à la salle d'eau, ouvre le robinet et constate que l'eau qui en sort, à défaut d'être croupi, est, à l'instar des cristaux consumées, opaque. Elle aussi est de mauvaise qualité. N'ayant plus les capacités nécessaires à la réflexion, il reste à observer l'eau couler avec difficulté du robinet. Il observe chaque goutte comme si c'était la dernière. Il cligne des yeux, reprend ses esprits, se rue sur l'eau et la bois comme un animal. Il retourne sur son lit où la lumière orangée provenant de sa fenêtre lui prouve qu'il peut aller se coucher en toute sérénité.

Il a les yeux ouverts, mais l'esprit toujours éteint. Il entend le bois craquer sous le poids de quelque chose, la lune est toujours basse dans le ciel. Il referme les yeux quand une paire de mains l'agrippe au niveau du col de son t-shirt. Qu'est-ce que tu fous là ? Il se sent voler jusqu'à l'entrée de chez lui et jeter sur le palier. L’atterrissage sur le parquet le réveille. Il se relève le goût du sang sur la langue. Un large sourire. Il rentre dans l'appartement, le goût du sang dans la tête. Sa main droite tremble, son bras gauche le lance de douleur, parfait. Le futur ex-propriétaire de l'appartement est dans la chambre, grand, mince, ridé, dents noirs. Le crack quand il vous tient. À peine a-t-il le temps de se retourner que Joshua envoie ses phalanges dans sa pommette gauche. Il recule d'un pas, surpris par le choc, avant de s'élancer tentant de frapper Joshua au corps. Ce dernier contre en lui fonçant dessus. Vu de l'extérieur on pourrait croire à un câlin amical. Il lui décoche deux coups de genoux, pliant en deux Joshua, et lui assène un terrible crochet. Il frappe fort et il a plus d'allonge. Il réfléchit, regarde autour de lui. Il recule et se rapproche de la fenêtre et alors que le grand toxicomane se rue sur lui il dévie sa trajectoire en direction du mur. Joshua profite alors du fait que son opposant soit sonné pour le frapper au visage, de manière frontal. Il vise le nez, à répétition, avec rage. Avec fureur. Il ne s'arrête pas. Il frappe encore et encore. Le sang éclabousse ses fringues. Il sourit. Le sang éclabousse les murs. Il sourit. Le sang éclabousse ses dents. Il sourit. À bout de souffle, il recule observant les os à nu par endroit de ses phalange. Le nez ainsi qu'une bonne partie du visage de l'ex-propriétaire est enfoncé d'un ou deux centimètres dans le crâne. Bien qu'inconscient, Joshua perçoit toujours une respiration. Il l'attrape par le col et propulse ce qu'il reste de son visage dans le verre de la fenêtre. Il attrape un des morceaux de verre sur le sol, l'empoigne, se faisant saigner la main, et lui plonge dans la gorge. Le sang sort, lentement, coulant sur les côtés et faisant de petites bulles, similaire à de la bave de bébé. Il frappe sur le verre pour l'enfoncer plus profondément avant de le retire d'un coup sec. La pression fait évacuer un jet allant jusqu'au plafond. Il en reçoit  dans les yeux et s'essuie du revers de la manche de son hoodie. Il cherche dans les poches du type, pas de thunes, mais des clefs de bagnole, parfait. Il traîne le cadavre jusqu'en bas et quitte l'immeuble, il n'y a pas grand monde, et les gens de sorti n'ont ni envie de s'arrêter pour secourir un cadavre, ni envie d'appeler la police. Il se contente d'avancer. Il regarde les clefs, Mazda, plutôt vieille. Il cherche rapidement et ne tarde pas à identifier ce qui semble être de la tôle sur des roues. Elle est rouillée mais ça devrait suffire. Il traîne le cadavre jusque dans la voiture, l'allonge sur la banquette arrière. Démarre. Pars.


[HRP: il ne récupère pas la voiture, il se contente de l'abandonner]


Dernière édition par Joshua Bear le Sam 25 Juil - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jellyka Anderson
« Ténor du barreau »
Messages : 6025
Date d'inscription : 05/08/2012
Age : 34
Localisation : Woodbury Center

Feuille de personnage
Jauge d'expérience:
6386/10000  (6386/10000)
Jauge de liberté:
20/20  (20/20)
Disponibilité Rp': Toujours
MessageSujet: Re: Point de non retour [Action]   Jeu 18 Juin - 19:23

Bonsoir Joshua,  youpi

Et bien dis donc, cette première action est bien intéressante. On découvre un peu plus ton personnage. Tu remportes 76 points d'expérience et quelques grammes de méthamphétamine d'une valeur de 200$. Pour ces derniers, n'oublie pas de mettre à jour ta fiche personnage.  

(0) + 76 points d'expérience

Ps: Pour les prochains rps, si tu pouvais écrire juste en plus gros caractères s'il te plait car la lecture a été assez compliqué pour Coddy comme pour moi.  heart

Bonne soirée à toi sur Woodbury Hills.

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« La domination est définitivement une affaire de femme. »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] - [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://woodburyhills.forumactif.com
 

Point de non retour [Action]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Mission]Le Point de Non-Retour
» [Émeraude] Codes Action Replay
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Woodbury Hills :: Le centre-ville :: Barrington :: Les logements :: Les squats :: Squat de Joshua Bear-
Le forum décline sa responsabilité pour tout usage de patronymes existants ou ayant existé. Les membres s'engagent à produire un jeu fictif et personnel. Woodbury est une ville fictive ainsi aucune référence à des sociétés, commerces, gangs ou mafias existant(e)s ne saurait être tolérée.